Colloque L’Europe « en désastré visage » ? Calamités, désastres et catastrophes à la Renaissance (Appel)

__

Pôle « Europe et Renaissance »

Paris, 7-8 novembre 2024

 

Organisateurs : J. Goeury (Littérature française), N. Le Roux (Histoire) et E. Lurin (Histoire de l’art)

Propositions de communication à renvoyer aux organisateurs pour le 1er mars 2024.

julien.goeury@sorbonne-universite.fr

emmanuel.lurin@sorbonne-universite.frnicolas.le_roux@sorbonne-universite.fr

 

Souvent célébrée pour ses innovations, ses progrès de l’esprit et ses grandes « découvertes », la Renaissance européenne fut aussi une période de conflits, d’épidémies massives, de conquêtes aux conséquences néfastes. Ces événements dramatiques, dont on conserve de multiples témoignages, n’ont pas toujours été pris en considération par les chercheurs. En interroger la définition, la perception et la représentation à la Renaissance, permet de revisiter un certain nombre de paradigmes, en des temps où la démultiplication des catastrophes, désormais planétaires, nous oblige à un sursaut de conscience et de réflexion sur leurs origines historiques.

Synonymes de souffrance, de destruction, d’une mort imminente ou assurée, les catastrophes sont des phénomènes de très grande ampleur dont la violence peut affecter, bouleverser et parfois anéantir toute une communauté humaine. Elles saisissent d’effroi les contemporains et laissent des traces durables dans les mémoires collectives. Le lexique de la catastrophe, les formes de discours et les images que ce type d’événement suscite seront étudiées dans leurs différentes déclinaisons européennes.

On sait que le mot « catastrophe » apparaît brièvement en latin au XIIe siècle. En français moderne, il s’affirme au XVIe siècle dans un usage savant, d’abord appliqué au théâtre selon la poétique aristotélicienne. Son sens actuel ne se fixe qu’à partir du XVIIIe siècle où le concept désigne désormais un événement, un objet de réflexion mais aussi de contemplation esthétique [A.-M. Mercier-Faivre et Ch. Thomas, 2008]. À la Renaissance, les termes de « désastre » ou de « calamité » sont plus couramment employés pour désigner des troubles généraux et de nature très variée.

Dans un premier temps, il s’agira d’étudier ces drames souvent assimilés à des caprices de la nature – tremblements de terre, inondations, incendies, éruptions, tempêtes et naufrages – ainsi que des épisodes majeurs de famine ou de maladie – lèpre, peste, vérole, etc. Sur le continent européen mais aussi par-delà les mers (Afrique et Amérique notamment), ces catastrophes ont pu affecter massivement les populations et entraîner des effondrements démographiques. Viennent ensuite les catastrophes humaines, celles qui engagent des responsabilités individuelles ou collectives et qui sont liées généralement à des conflits : guerres, défaites et déroutes, sacs de villes, insurrections, mais aussi massacres religieux, pogroms et génocides.

Il s’agira ensuite d’inscrire ces catastrophes dans différents registres de temporalité, de causalité ou d’interprétation, en tant qu’on les annonce (prophéties, mises en garde, iconographie apocalyptique), qu’on les vit (témoignages) et qu’on les inscrit dans une mémoire collective (enquêtes, récits, images imprimées). Les réactions face au chaos des catastrophes seront étudiées dans leurs différentes manifestations (émotionnelles, intellectuelles ou artistiques), tout comme les interprétations variées, et parfois contradictoires, que l’on a pu donner à la Renaissance aux événements les plus tragiques. Effroi, dégoût, mélancolie, révolte, mais aussi volonté de comprendre ou de justifier l’ampleur de phénomènes dont beaucoup dépassent la mesure humaine. De quoi (ou de qui ?) les catastrophes sont-elles le signe pour leurs contemporains ? Comment et jusqu’à quel point ont-elles été prises en charge, parfois dénoncées, souvent instrumentalisées par le discours religieux, la philosophie politique, l’imaginaire artistique, etc. ?

Une perspective demeure, qui nous offre aussi l’occasion d’interroger l’histoire à l’aune de problématiques plus contemporaines : l’évitement de la catastrophe et les formes de prévention, individuelle ou collective. Rétablir, conserver, soigner et même étendre l’ordre du monde, espérer en un retour de l’Age d’or – monde idéal, préservé du mal et sans catastrophes – ne sont-ils pas des traits dominants de la première modernité européenne ? La Renaissance a-t-elle été traversée par une conscience plus aiguë des catastrophes (passées, présentes ou à venir) ? L’affirmation de grands Etats, les réformes administratives, les innovations techniques, les progrès de la géographie et de la médecine ont-ils amélioré les politiques de prévention et parfois facilité l’administration des catastrophes ? En définitive, l’humanisme européen n’aura-t-il été qu’un idéal, ou aura-t-il contribué activement à alerter, préparer et sensibiliser les esprits ?

 

 

Repères bibliographiques

 

ABEL, Wilhem, Crises agraires en Europe (XIIIe-XXe siècle), trad. fr., Paris, Flammarion, 1973.

ABERTH, John, From the Brink of the Apocalypse: Confronting Famine, War, Plague, and Death in the later Middle Ages, New York-Londres Routledge, 2001

BEC, Christian, « Crise(s) et/ou Renaissance Italiennes (XIV-XVIIe siècles) », Revue européennes des sciences sociales, t. 21, n° 64, 1984.

BENNASSAR, Bartolomé (dir.), Météorologie et catastrophes naturelles dans la France méridionale à l’époque moderne, Actes du colloque organisé par le centre d’Histoire moderne en 1992, Université Paul-Valéry Montpellier III, Montpellier, 1993.

BENNASSAR, Bartolomé (dir.). Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 1996.

BERLIOZ, Jacques, Les catastrophes naturelles et calamités au Moyen Âge, Florence, Ed. del Galluzzo, 1998.

BIET, Christian, Transparences du passé. Les théâtres de la catastrophe (XVIe-XVIIe siècles/XXe-XXIe siècles), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2023.

Biraben, Jean-Noël, Les Hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris-La Haye, Mouton-EHESS, 1975.

BJORK, R. E. (dir.), Catastrophes and the Apocalyptic in the Middle Ages and the Renaissance, Turnhout, Brepols, 2019.

BRIFFAUD, Serge, « Vers une nouvelle histoire des catastrophes », Sources. Travaux historiques, 33, 1993, p. 3-5.

BRIFFAUD, Serge, « Le savant, l’État et la catastrophe. L’émergence d’une nouvelle approche des sinistres à travers une relation du ″prodigieux débordement″ de 1678 », dans Les cahiers de l’Isard, Risques et aménagement dans les Pyrénées, Actes du colloque de Foix et Pau 1990, Toulouse, 1993, p. 15-29.

CANDIDO DA SILVA, M. et WILKIN, A. (dir.), Regards sur les crises – Varia – Atelier doctoral : Usages et enjeux de la prosopographie au regard de l’histoire sociale et politique (VIe-XVe siècles) – Regards croisés, Mélanges de l’Ecole française de Rome, 2019.

CHASTEL, André, Le mythe de la Renaissance : 1420-1520 et La crise de la Renaissance : 1520- 1600, Genève, Skira, 1969, 2 vol.

CÉARD, Jean, La nature des prodiges, Genève, Droz, 1996 (1977).

CHIARI, Sophie, Écrire la catastrophe. L’Angleterre à l’épreuve des éléments (XVIe-XVIIIe siècle), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2019.

Clark, Linda, Rawcliffe, Carole (dir.), Society in an Age of PlagueWoodbridge-Rochester, The Boydell Press, 2013.

Crouzet, Denis, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 2005 (nlle éd.).

Crouzet, Denis, Nostradamus. Une médecine des âmes à la Renaissance, Paris, Payot, 2011.

Crouzet, Denis, La nuit de la Saint-Barthélemy. Un rêve perdu de la Renaissance, Paris, Pluriel, 2012 (nlle éd.).

Crouzet, Denis, Charles Quint, empereur d’une fin des temps, Paris, Odile Jacob, 2016.

Crouzet, Denis, Christophe Colomb, héraut de l’apocalypse, Paris, PUF, 2018 (nlle éd.).

DELLEAUX Fulgence, « Contrer la crise », dans id., Histoire économique de l’Europe moderne. XVe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 2015, p. 107-135.

DELUMEAU, Jean et LEQUIN, Yves (dir.), Les malheurs des temps. Histoire des fléaux et des calamités en France, Paris, Larousse, 1988.

DESAILLY, Bertrand, Crues et inondations en Roussillon. Le risque et l’aménagement (fin du XVIIe-milieu du XXe siècle), Thèse dactyl., Paris X-Nanterre, 1990.

DUENNE, Joerg, Hindemith, Gesine (dir.), Catastrophe and Spectacle: Variation of Conceptual Relation from the 17th to the 21th Century, Neofelis, 2018.

ENGELIBERT, J.-P. et GUIDEE, R. (dir.), Utopie et catastrophe. Revers et renaissances de l’utopie (xvie-xxie siècle), Poitiers, La Licorne, 2022.

FAVIER, René, « L’histoire sociale des risques naturels en questions. Sources et problématiques nouvelles », dans René Favier et Claudine Remarcle (dir.), Gestion sociale des risques naturels / Gestione sociale dei rischi naturali, Région Autonome de la Vallée d’Aoste, 2007, p. 155-172.

FAVIER, René (dir.), Les pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, Grenoble, Publications de la MSH-Alpes, 2002.

FAVIER, René, « Les hommes et la catastrophe dans la France du XVIIe siècle », in Montemayor J. (dir.), Les sociétés anglaises, espagnoles et françaises au XVIIe siècle, Paris, Ellipses, 2006, p. 263-274.

FAVIER, René, Granet-Abisset, Anne-Marie (dir.), Histoire et mémoire des risques naturels, Grenoble, Publications de la MSH-Alpes, 2000.

FAVIER, René, Granet-Abisset, Anne-Marie (dir.), Récits et représentations des catastrophes depuis l’Antiquité, Grenoble, Publications de la MSH-Alpes, 2005.

FIGLIUOLO Bruno, Il terremoto del 1456, Altavilla Silentina, Studi storici meridionali, 1988-1989, 2 vol.

FRESSOZ, Jean-Baptiste, LOCHER, Fabien, Les Révoltes du ciel. Une histoire du changement climatique XVe-XXe siècle, Paris, Seuil, 2020.

GAL, Stéphane, Histoires verticales. Les usages politiques et culturels de la montagne, XIVe-XVIIIe siècles, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018.

Henderson, John, Florence under Siege: Surviving Plague in an Early Modern City, New Haven, Yale University Press, 2019.

HILDESHEIMER, Françoise, La terreur et la pitié. L’Ancien Régime à l’épreuve de la peste, Paris, Publisud, 1990.

LABBÉ, Thomas, Les catastrophes naturelles au Moyen âge XIIe-XVe siècle, Paris, CNRS éditions, 2020 [2017].

LABBÉ, Thomas, « Aux origines des politiques compassionnelles. Émergence de la sensibilité envers les victimes de catastrophes à la fin du Moyen Âge », Annales HSS, n° 1, 2019, p. 43-71.

LABBÉ, Thomas, SCHENK, Gerrit Jasper (dir.), Une histoire du sensible. La perception des victimes de catastrophe du XIIe au XVIIIe siècle, Turnhout, Brepols, 2018.

LABROUSSE, Elisabeth, L’Entrée de Saturne au Lion. L’éclipse de soleil du 12 août 1654, La Haye, M. Nijhoff, 1974.

LACHIVER, Marcel., Les années de misère. La famine au temps du Grand Roi, Paris, Fayard, 1991.

LAVOCAT, Françoise (dir.), Pestes, incendies, naufrages. Écritures du désastre au dix-septième siècle, Turnhout, Brepols, 2011.

LE FLOC’H, Justine et VIAUD, Alicia (dir), Les vices du temps. Précipitations, impatience et inquiétude au XVIe et XVIIe siècles, Paris, Champion, 2023.

LE Roy Ladurie, Emmanuel, Histoire humaine et comparée du climat. Canicules et glaciers, XIIIe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 2005.

LE Roy Ladurie, Emmanuel, Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, Flammarion, 2020 (nlle éd.).

MATHEUS, M., PICCINNI, G., PINTO, G. et Varanini, G. M. (dir.), Le calamità ambientali nel tardo Medioevo europeo, Florence, Firenze University Press, 2010.

MERCIER-FAIVRE, Anne-Marie et THOMAS, Chantal (dir.), L’invention de la catastrophe au XVIIIe siècle, Genève, Droz, 2008.

Mingous, Gautier, Roulet, Aurélien (dir.), Gouverner les villes en temps de crise. Urgences militaires et sanitaires aux XVIe et XVIIe siècles, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2019.

PINCHARD, Bruno, « Fine follie » ou La catastrophe humaniste. Études sur les transcendantaux à la Renaissance, Paris, Champion, 1995.

POMIAN, Krzysztof « Catastrofe », dans Enciclopedia Einaudi, Turin, 1977, vol. 2. p. 789.

QUENET, Grégory, « La catastrophe, un objet historique ? », Hypothèses, 2000/1, p. 11-20.

QUENET, Grégory, Les tremblements de terre aux XVIIe et XVIIIe siècles. La naissance d’un risque, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

RIOT-SARCEY, Michèle (dir.), De la catastrophe. L’homme en question du Déluge à Fukushima, Paris, Éd. du Détour, 2018.

ROSNER, David J. (dir.), Catastrophe and Philosophy, Lexington books, 2018.

SIGNORELLI, Amalia, « Catastrophes naturelles et réponses culturelles », Terrain, n° 19, 1992, p. 147-158.

SIMONIN, Jean-Pascal, « La crise d’Ancien Régime : un essai de justification théorique », Histoire & Mesure, vol. 7, n°3-4, 1992, p. 231-247.

Tremblements de terre, histoire et archéologie, Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes (4, 1983), Valbonne, 1984.

WALTER, François, Catastrophes. Une histoire culturelle, XVIe-XXIe siècle, Paris, Éd. du Seuil, 2008.

WALTER, François, Fantini, Bernardino, Delvaux, Pascal (dir.), Les cultures du risque (XVIe-XXIe siècle), Genève, Presses d’histoire suisse, 2006.

Autres événements