Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Rousseau, romancier malgré lui : Julie ou la Nouvelle Héloïse

__

Programme

En janvier 1761, lorsque paraît Julie ou la Nouvelle Héloïse, Rousseau a presque 50 ans et sa notoriété est restée très discrète avant la publication retentissante, en 1750, du Discours sur les sciences et les arts. Rousseau n’est donc pas un auteur précoce et sa venue tardive au roman est d’autant plus paradoxale qu’il s’est fait connaître comme un contempteur des arts et des lettres. Qu’il y ait là un paradoxe étonnant, Rousseau l’ignore moins que personne. Comme pour excuser cette étrange inconséquence, Rousseau se décrit dans Les Confessions en romancier malgré lui, en proie à une forme de possession qui l’aurait invinciblement porté à donner corps à ses « chimères ». Ce furor poeticus qui aurait saisi Rousseau à peine arrivé à l’Ermitage l’aurait invinciblement détourné des œuvres philosophiques qu’il méditait depuis longtemps et auxquelles il souhaitait alors se consacrer entièrement. Mais en réalité, dans ce roman d’amour brûlant qu’est La Nouvelle Héloïse, la pensée philosophique, apparemment congédiée par le néo-romancier en proie aux chimères, ne cesse de faire retour, au point d’habiter la fiction de part en part.

Conçu par Christophe Martin, auteur d’un récent essai sur le roman, le parcours proposé s’appuie sur les riches collections de la BIS qui, outre d’importantes éditions du roman, possèdent quelques fragments d’un document inestimable : le brouillon autographe de Rousseau. L’exposition est construite en trois parties. La première, organisée autour de quelques feuilles de ce brouillon, invite à entrer « dans l’atelier du roman ». La deuxième partie, « Le roman d’un philosophe », expose les principales œuvres philosophiques de Rousseau rédigées avant et après la publication de La Nouvelle Héloïse, depuis le Discours sur les sciences et les arts (1750) jusqu’au Contrat social (1762). La dernière partie, « Mémoire du roman et fortune de l’œuvre », propose de découvrir, en amont de l’œuvre, le dialogue que La Nouvelle Héloïse entretient avec divers romans du XVIIe et du XVIIIe siècles ; et en aval de la publication, la fortune d’un roman qui rencontra un succès prodigieux, suscita aussi d’intenses polémiques et exerça une influence profonde et durable à travers toute l’Europe pendant de longues décennies.

- Commissariat scientifique : Christophe Martin, professeur de littérature française du XVIIIe siècle, Faculté des Lettres de Sorbonne Université, CELLF, UMR 8599
- Coordination : Ladan Taheri, Isabelle Diry (BIS)
- Réalisation : Gaëlle Fuchs, Sylvie Struyve (BIS)

Accès : BIS-Espace exposition (1er étage). Ouvert aux lectrices et lecteurs de la BIS.

https://www.bis-sorbonne.fr/biu/spip.php?rubrique497

Laboratoire·s

Autres événements

Du 04/07/2022 au
06/07/2022
Le congrès, qui se tiendra en présence, sera également diffusé en streaming.[…]
Du 01/01/2022 au
31/12/2022
Une biographie, des pièces vues sous un autre jour, Georges Forestier, spécialiste et biographe de Molière, rend hommage au grand homme à l’occasion de[…]
Le CELLF (Centre d’étude de la langue et des littératures françaises) est une unité mixte de recherche de Sorbonne Université et du CNRS (UMR 8599). Il est issu du rapprochement, en janvier 2014, de plusieurs unités et équipes de recherche de Sorbonne Université : d’une part le CELLF 17-18, fondé en 1967 et consacrant ses travaux aux textes littéraires des XVIIe et XVIIIe siècles ; d’autre part deux équipes d’accueil : le « Centre de recherche sur la création littéraire en France…

ADRESSE
CELLF – Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
UMR 8599 (CNRS – Université Paris-Sorbonne)
1, rue Victor Cousin
75230 Paris Cedex 05
CONTACT
Inscription à la lettre du Cellf
Si vous souhaitez recevoir la lettre du CELLF, merci d’écrire à la direction du CELLF (contact ci-contre), en indiquant vos coordonnées et en nous aidant à mieux vous connaître.
Sites du CELLF
16-18 Escalier G, 2e étage
19-21 Escalier I, 2e étage