François BOMPAIRE

Docteur Membre de :

Thèse soutenue en 2018 sous la direction de Didier Alexandre : Ironie et communication littéraire, à partir des fictions d’André Gide, mention très honorable et les félicitations du jury.

2007 : Master 1 de lettres classiques, mention très bien, sur « Le Romanesque dans l’Histoire de la Révolution française de Jules Michelet », sous la direction de Mme Françoise Melonio.

2010 : Master 2 de littérature française, mention très bien, sur « Ironie et jugement dans les récits d’André Gide, a partir de L’École des femmes, Robert et Geneviève », Université Paris Diderot – Paris VII, sous la direction de M. Eric Marty.

2016- : Professeur agrégé en CPGE littéraire, Cité scolaire Gambetta-Carnot, Arras, Lettres Supérieures (Hypokhâgne : 2016-2019)  puis Première supérieure (Khâgne : 2019-2020).

2015 : Vacataire auprès du Labex OBVIL, Sorbonne-Université (numérisation).

2014-2015 : ATER à l’UFR de Littérature française et comparée, Sorbonne Université.

2011-2014 : Doctorant contractuel avec mission d’enseignement rattaché au CELLF 16-21 (équipe 19-21), Sorbonne Université.

2010-2011 : Vacataire enseignant en licence de lettres modernes à l’antenne de Paris IV de l’Institut Français d’Athènes.

 


Publications

Ouvrage

Janvier 2020 : (livre) Définir l’ironie en France entre 1800 et 1950 : construction théorique et mémoire gidienne, Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque gidienne ».

Articles

– Notices de présentation d’André Gide, Ne Jugez pas, L’École des femmes, Geneviève pour le site du Centre d’études gidiennes (https://www.andre-gide.fr), novembre 2018.

– « De la musique à l’ironie, et retour : interprétation musicale et interprétation textuelle dans l’œuvre d’André Gide », communication prononcée dans le cadre du colloque  « André Gide et la musique » organisé par Peter Schnyder, Greta Komur et Fréderique Toudoire-Surlapierre du 13 au 15 octobre 2014 a Mulhouse, Université de Haute-Alsace. Article publié dans André Gide ou l’art de la fugue, Paris, Classiques Garnier, 2017, p. 175-194.

– « Je et Les Autres : ironie et sociologie dans Les Caves du Vatican d’André Gide », communication prononcée dans le cadre du colloque « Gide, l’identité à l’épreuve de la littérature », organisé par Jean-Michel Wittmann du 28 au 30 mai 2015 à Metz, université de Lorraine. Article publié dans Gide ou l’identité en question, sous la direction de Jean-Michel Wittmann, Paris, Classiques Garnier, 2017, p. 151-166.

– « Lire et écrire sans Paul ? L’ironie gidienne à l’épreuve du Nouveau Testament », communication prononcée dans le cadre de la journée d’études « André Gide et la Bible » organisée le 15 mai 2013 par Jean-Michel Wittmann a Metz, Université de Lorraine. Article publié dans le Bulletin des Amis d’André Gide numéro 179/180, juillet-octobre 2013, p. 19-36.

– « Sotie, ratage et réinvention du roman dans Les Faux-monnayeurs d’André Gide », communication prononcée le 17 novembre 2012 dans le cadre de la journée d’études « Styles, genres, auteurs » de l’équipe STIH, organisée par Antoine Gautier et Sandrine Hériché Pradeau, Université Paris IV Sorbonne. Article publié dans Styles, genres, auteurs numéro 12, sous la direction d’Antoine Gautier et Sandrine Hériché-Pradeau, PUPS 2012, p. 157-173.

« Les Faux-monnayeurs et les fictions gidiennes précédant le ‘‘roman’’ : enjeux génériques d’un roman somme », Méthode ! n° 22, Vallongues, 2012, p. 203-210.

– « Quittes pour la peur ? Crise de la justice et crise de la fiction dans Les Faux-monnayeurs d’André Gide », Lectures des Faux-monnayeurs, sous la direction de Franck Lestringant, Presses Universitaires de Rennes, collection Didact Francais, 2012, p. 157-173.

Principales interventions

– A venir : « Un dialogue de dialogues : Barrès, Blum, Gide et les interviews feintes », communication prononcée dans le cadre du colloque La Belle époque de la critique organisé par Pierre Masson et Stéphanie Bertrand à la Fondation des Treilles du 20 au 25 juillet 2020.

– « La NRF et Anna de Noailles : enjeux d’un rapprochement manqué », communication prononcée dans le cadre du colloque « Des revues et des femmes : le rôle des femmes dans les revues littéraires de la Belle Époque à la fin des années cinquante », les 28 et 29 mai 2019, organisé par Amélie Auzoux, Camille Koskas et Elisabeth Russo, Sorbonne Université.

– « Comment se faire juger quand on n’est pas coupable ? André Gide écrivain et les lacunes du droit sur l’homosexualité en France », communication prononcée dans le cadre de la séance « jeunes chercheurs » du séminaire « Droit et Littérature » de l’Université Sorbonne Université, organisée par Anna Arzoumanov, Judith Sarfati-Lanter et Arnaud Latil, le 17 mai 2019.

–  « La Corde au cou de l’ironie ? Refus, définition et pratiques de l’ironie chez Paul Claudel », communication prononcée dans le cadre du colloque international Paul Claudel, Résolument contemporain les 19, 20, 21 septembre 2018, organisé par Sorbonne Université, Faculté des Lettres, UMR CELLF 16‐21, en collaboration avec la BNF, l’INA, l’Université de Chicago, la Comédie-Francaise, le Labex OBVIL.

– Conférence de présentation des Faux-monnayeurs et du Journal des Faux-monnayeurs d’André Gide aux professeurs de Terminale L de l’académie de Lille, 3 heures, le 18 octobre 2016, et de Lyon, 3 heures, le 25 novembre 2016.

– « L’ironie dans Les Faux-monnayeurs d’André Gide », communication prononcée le 6 octobre 2012 dans le cadre de la « Journée d’agrégation du SELF XX » à l’attention des enseignants d’agrégation, Université Paris III Sorbonne Nouvelle.




Statut : Associé