Centre d’étude de la langue et des littératures françaises
Centre d’étude de la langue et des littératures françaises

Séminaire interuniversitaire sur la critique dramatique dans la presse au XVIIIe siècle

__

Les séances ont lieu en visioconférence, un vendredi par mois, de 17h à 19h

Lien de visio permanent :

https://uvic.zoom.us/j/83267767344?   pwd=VXdFa3gvSUw5VG1hNmI2L29TMzN1Zz09

 

Au cours du 18e siècle, l’essor et la libéralisation de la vie théâtrale s’accompagnent de l’émergence et de l’amplification de la presse culturelle dédiée aux actualités théâtrales. Se dessine tout au long du siècle une critique dramatique qui a non seulement une valeur documentaire (en tant qu’elle permet de documenter l’histoire du théâtre et de la vie théâtrale), mais qui joue aussi un rôle central en termes économiques (par son impact promotionnel et publicitaire croissant), esthétiques (puisqu’elle commente et prend parti dans les principales évolutions des arts de la scène - jeu des acteurs, mise en scène, débat sur les valeurs du beau, du goût, du plaisir, apparition de formes nouvelles) et de plus en plus, et indissociablement, politiques. Le discours sur le théâtre dans la presse devient à cette période un maillon essentiel de l’évolution du champ théâtral.

Le domaine de la presse est celui qu’on a le plus étudié, et sur lequel les renseignements manquent le moins ; mais l’on n’a envisagé ni le développement spécifique de la critique théâtrale dans la presse générale, ni le développement d’une presse théâtrale spécialisée. Martine de Rougemont, 2001

Vingt ans après ces propos de Martine de Rougemont, la relation entre presse périodique et théâtre demeure peu explorée au 18e siècle. En amont comme en aval, des recensements et travaux récents ont pourtant témoigné de la fécondité des liens entre ces deux espaces culturels. Pour le 17e siècle, des initiatives consacrées à la « Naissance de la critique dramatique » ont donné lieu à une base de données sur la critique dramatique ainsi qu’à une enquête sur l’émergence d’un discours critique sur le théâtre dans différents types de textes, incluant la presse naissante. Pour le 19e siècle, la question du rapport entre presse et scène est l’objet de nombreuses publications actuelles, parmi lesquelles Le Miel et le Fiel. La critique théâtrale en France au XIXe siècle ou Presse et scène au XIXe siècle. Les travaux du GRIRT ainsi que, plus récemment, l’organisation d’un colloque sur « l’art de l’acteur dans la presse écrite et illustrée » témoignent de la vitalité de ce champ d’étude.

Le groupe de recherche CDP|18, dont la première année du séminaire mensuel s’est tenue en 2021-2022, entend s’inscrire dans le prolongement de ces travaux et combler l’absence d’une réflexion de fond dédiée spécifiquement à la critique dramatique dans la presse au 18e siècle. L’essor du discours périodique sur le théâtre, qui accompagne l’explosion de la presse au cours de la période, confirme en effet l’intérêt d’une enquête approfondie et d’un travail de périodisation, embrassant une chronologie longue (de la fin du 17e à la fin du 18e siècle). Un tel travail de fond implique de commencer par se repérer dans un dédale de publications qui peut bénéficier d’avancées dans ce domaine : on pense au Gazetier universel et à la critique des spectacles joués à la Comédie-Française en lien avec le programme RCF. De même la multiplication d’enquêtes approfondies sur différents périodiques (C. Cave et S. Cornard) ou types de périodiques (A. Lévrier), et différents aspects de la presse périodique, abordée dans une perspective d’histoire du livre (F. Moureau), d’histoire de la littérature (S. Dumouchel) ou, plus largement, d’histoire des idées, constituent des points de repère essentiels à notre réflexion.

Notre enquête doit tenir compte, d’une part, de l’apparition d’une presse quotidienne (Le Journal de Paris, 1777) qui modifie le rapport à l’actualité en général et à l’actualité théâtrale en      particulier,   d’autre   part,   de   l’apparition   d’une  presse  théâtrale  spécialisée  dont on considère habituellement le titre dirigé par François-Antoine Chevrier, L’Observateur des spectacles (1762), comme le premier spécimen. À mesure qu’elle se développe, la presse périodique cesse d’être une simple caisse de résonance de l’actualité théâtrale adoptant le point de vue du pouvoir officiel dont elle émane. Elle permet à des voix singulières de s’exprimer   et  offre le  lieu d’une  possible  contestation de l’ordre établi.

La critique dramatique dans la presse devient actrice d’une deuxième scène où se rejoue et se déjoue ce qui se passe dans l’enceinte du théâtre. Le discours sur le théâtre dans la presse devient ainsi, au cours du siècle, un maillon essentiel du rapport qui s’instaure entre le théâtre et le public.

C’est à partir d’une série de questions que nous souhaitons éprouver cette hypothèse et poursuivre le travail collectif pour la deuxième année de notre séminaire :

  • Comment mesurer l’essor et les transformations de la critique dramatique dans la presse ? Quelle est la périodicité de ces écrits ? Quelle est leur durée de vie ? Quelle place la critique théâtrale occupe-t-elle au sein de la presse quand elle n’est pas spécialisée ? Qui écrit sur le théâtre dans la presse ? Quelles différences observe-t-on selon les types de publications (officielles ou non officielles, parisiennes ou provinciales, établies en France ou à l’étranger...) ? Il va de soi qu’une approche quantitative et qu’une tentative de cartographie générale est utile et nécessaire, et qu’elle ne peut pas pour autant se substituer à une analyse qualitative de ces écrits, sachant que l’étude systématique du corpus est compliquée par des lignes éditoriales souvent fluctuantes et par le caractère instable et éphémère de ces publications, marquées par de nombreux abandons, faillites ou interdictions (à l’instar du Censeur dramatique de Grimod de la Reynière, 1797-1798).
  • Quelles images du spectacle et de l’actualité théâtrale se trouvent construites dans la

presse ? Quels aspects et quelles réalités du fait théâtral y sont relayés, dans quelles proportions et suivant quelles évolutions ? Quel type de théâtre y trouve sa place : le théâtre amateur ? professionnel ? de cour ? des scènes institutionnelles exclusivement ? et qu’en est- il des théâtres non institutionnels ? Quelle place y occupe le spectacle et l’analyse de la représentation ? Dans quelle mesure la critique dramatique accompagne-t-elle les réformes scéniques (réforme du costume, du jeu de l’acteur...) au cours du siècle ? Quel type de discours s’exprime dans la presse (discours de régulation normative, dans le prolongement d’une critique doctrinaire ; expression d’un goût singulier et d’un jugement esthétique ; prétexte à une expression polémique dont les fins peuvent être commerciales, politiques, idéologiques) ?

  • Quel rôle joue la critique dramatique dans la presse au sein du champ théâtral ? À quel public s’adresse-elle ? Comment le critique dramatique envisage-t-il sa fonction ? Se contente-t-il de se faire l’écho du public dont il serait d’abord le porte-parole ? Vise-t-il à infléchir le jugement du public ? À conseiller les acteurs, auteurs ou directeurs de troupes ? À se positionner comme guide ? Comme arbitre ?

Le groupe CDP|18 souhaite continuer à poser les jalons d’un travail collectif sur la critique dramatique dans la presse au 18e siècle, dont la série de questions qui précède offre un aperçu évidemment non exhaustif. ll s’agira de réunir régulièrement, au rythme d’un séminaire par mois, une équipe de chercheuses et chercheurs désireux de participer à cette entreprise d’exploration et de cartographie du corpus mais aussi de réflexion méthodologique et théorique, afin de parvenir à une meilleure compréhension des formes et des enjeux de la critique dramatique dans la presse au 18e siècle. Cette deuxième année du séminaire propose de diversifier les questions tout en continuant à travailler par études de cas : sur la réception d’un genre en particulier ou d’un auteur, sur la figure et l’action d’un journaliste, sur les jeux de circulation entre Paris et la province ou entre la France et l’étranger, ou encore sur les rapports entre presse, critique, censure et polémique. La journée d’études intitulée « Une saison dans la presse. Regards sur l’actualité des spectacles au 18e siècle » (le 3 février 2023) permettra aux membres du séminaire de se retrouver en « présentiel ». Il s’agira de poursuivre l’enquête sur ce que la critique dramatique fait au théâtre au 18e siècle et sur la manière dont l’étude de la presse amène à décentrer l’histoire du théâtre. Plutôt que d’opter pour une approche monographique ou thématique, nous avons retenu un angle d’approche qui nous semble plus dynamique, empirique et collaboratif, résolument exploratoire. Il s’agira d’interroger les rapports de la presse et de la vie théâtrale à partir d’entrées chronologiques, en effectuant des coups de sonde par dates, à l’échelle d’une année ou d’une saison.

Ce projet est aussi né de la conviction qu’un tel sujet ne peut être abordé que dans une dynamique collective, fondée sur l’échange, la diversité des approches, l’investissement au long cours de collègues dont les recherches personnelles pourraient se trouver enrichies par la discussion générale. Le séminaire et la journée d’étude sont avant tout un espace de discussion et de construction collective d’un objet et d’une méthode. À terme, ce programme pourrait donner lieu à la publication d’un ouvrage collectif de synthèse sur la question et à des développements relevant des humanités numériques.

Programme

18 novembre 2018

Julien Le Goff : L’Opéra-Comique dans le Mercure de France (1724-1762)

Alessandro di Profio : « Demander la raison au pays des foux ». L’opéra italien à l’épreuve de la presse parisienne au 18e siècle

16 décembre 2022

Suzanne Rochefort : Décentraliser la critique dramatique ? Présences et absences des spectacles parisiens dans la presse provinciale (seconde moitié du 18e siècle)

Timothée Léchot : Un dispositif journalistique dysfonctionnel : la correspondance littéraire parisienne du Nouveau Journal helvétique (1770-1782)

3 mars 2023

Journée d’étude CDP18  (en présence)

Une saison dans la presse. Regards sur l’actualité des spectacles au 18e siècle (Sorbonne Nouvelle – Maison de la recherche – 4, rue des Irlandais – Salle du Conseil, 9h00-18h00)

10 mars 2023

Virginie Yvernault : Polémiques et querelles théâtrales dans la presse des années 1770-1780. Autour de Jean-Baptiste Suard : critique ou censeur dramatique ?

Laurent Cuvelier : complémentarité et concurrence entre la presse et l’affichage à la fin du 18e siècle

7 avril 2023 

Laurence Macé : Critique, censure et souffleurs

Myrtille Méricam-Bourdet : Voltaire et la critique dramatique de ses pièces dans le Mercure de France

12 mai 2023

Sara Harvey, Jeanne-Marie Hostiou et Sophie Marchand : bilan et perspectives

Organisation

Autres Séminaires

De la savante Marie de Gournay, héritière de l’humanisme tardif, aux inventrices du conte de fées qui, telle Madame d’Aulnoy, ouvrent vers la modernité […]
Créé 2014 par Nelly Wolf et Maxime Decout à l’université de Lille, le séminaire « Écrivains et artistes juifs » se déroule chaque année et a […]
Transversal
Jeudi 20 octobre 2022, 17h30-19h30, salle J326 (Sorbonne, escalier G, 3e étage) : Benedikte Andersson, Agnès Cousson et Patricia Victorin (chercheuses accueillies en délégation) […]
Le séminaire de l’équipe de recherche « Écrits de soi » portera pendant deux ans sur les relations entre écrits de soi et écritures de savoir. […]